Le viager libre, l’autre façon de devenir propriétaire

Viager libre

Avec la frilosité actuelle des banques et le coût des crédits immobiliers, de plus en plus de Français se tournent vers le viager libre. Qu’est-ce-que c’est ? En quoi cela permet-il de réaliser des économies ?

Le principe

Contrairement au modèle occupé, le viager libre concerne un logement libre ou un terrain utilisable de suite. De ce fait, le débirentier peut utiliser sur le champ la maison ou l’appartement dont il vient de se porter acquéreur après avoir versé le bouquet, ce que l’on pourrait comparer à un apport initial.
Par la suite, il doit verser une mensualité à l’ancien propriétaire, et ce, jusqu’à la fin de sa vie. En ce sens, cela ressemble pour beaucoup au fonctionnement d’une location.

Il y a toute de même une différence de taille puisqu’en location, vous versez de l’argent tous les mois, mais cet argent est perdu et ne contribue pas à constituer un capital. En revanche, les versements effectués durant toute la durée d’un viager libre ne sont pas perdus, loin s’en faut, car au final, ils vous permettent de d’accéder à la propriété.

En quoi ce système est économique ?

Le viager n’est pas une vente immobilière avec une date de fin bien définie. Mais en moyenne, les prix sont sensiblement moins chers au final que lors d’un achat classique.

Ce n’est donc pas sur ce point que ce situe la plus grosse économie. En réalité, vous la réaliserez sur le fait que vous n’ayez pas besoin de contracter un emprunt.
Et quand on sait que pour un crédit sur une vingtaine d’année, un quart de la somme empruntée à une banque sert très précisément à rembourser les frais liés au crédit, cela peut représenter une économie de l’ordre de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Laisser un commentaire





* Champs obligatoires